Gu!oN@'s Blog

Ubuntu Natty: Unity ne se lance pas?

Récement lors de l’installation d’une Ubuntu NattyNarwhal 64 bits afin de tester la nouvelle interface Unity j’ai rencontré un problème bloquant: impossible de démarrer Unity. Un peu génant vous en conviendrez… A l’ouverture de session j’obtenais le message d’erreur suivant:
unity-error
Un petit coup d’oeil sur la page des près-requis matériel: ça semble convenir!

Pour vérifier un peu plus précisément ce qui bloque quant à l’utilisation de Unity, il exite un petit utilitaire: « /usr/lib/nux/unity_support_test ».

Pour obtenir le verdict il suffit de l’exécuter avec l’option « -p »:

$ /usr/lib/nux/unity_support_test -p

Et le résultat me donnait:

Cela veut dire que mon pilote graphique est blacklisté!!!
Lors de mon test j’ai utilisé le pilote propriétaire Nvidia qui est « Testé par les développeur Ubuntu et requis pour l’utilisation de Unity »:

J’utilse donc le driver « nvidia-173″, pour m’assurer qu’il est bien blacklisté on jette un petit coup d’oeil dans le fichier « nvidia-graphics-drivers.conf »:

$ cat /etc/modprobe.d/nvidia-graphics-drivers.conf
blacklist nouveau
blacklist lbm-nouveau
blacklist nvidia-current
blacklist nvidia-96

NB: vous constaterez que le pilote open source « nouveau » est blacklisté…..

Le pilote que j’utilse n’est pas blacklisté… donc comment faire pour lancer cette nouvelle interface?
Simplement en rajoutant une entrée dans le fichier « /etc/environment » afin de forcer Unity à démarrer:

$ sudo vi /etc/environment
PATH="/usr/local/sbin:/usr/local/bin:/usr/sbin:/usr/bin:/sbin:/bin:/usr/games"
UNITY_FORCE_START=1

Lorsque le fichier est mis à jour, on redémarre, on se connecte à l’invite gdm et miracle Unity se lance:

Attention tout de même à l’utilsation de cette variable car il est possible d’obtenir quelques effets négatifs.

RHEL : X11 Forwarding sans serveur X

Si comme moi il vous arrive d’installer des machines sous Red Hat Entreprise Linux sur lesquelles vous n’installez par d’interface graphique et que pour exploiter un logiciel vous devez faire du forward X11 (au travers de votre connexion ssh) alors cet article est fait pour vous.

Configuration de ssh

Rien de bien compliquer, il faut tout simplement positionner la directive « X11Forwarding » à « yes » dans le fichier « /etc/ssh/sshd_config »:

root@rhel.guiona.com# vi /etc/ssh/sshd_config
[....]
X11Forwarding yes
[...]
root@rhel.guiona.com# cat /etc/ssh/sshd_config | grep '^X11'
X11Forwarding yes

Une fois que cela est fait, il faut redémarrer le service ssh afin que la modification soit prise en compte:

root@rhel.guiona.com# service sshd restart
service sshd restart
Stopping sshd: [ OK ]
Starting sshd: [ OK ]

Installation des paquets requis

Afin que le Forward X11 fonctionne il faut disposer du paquet « xorg-x11-xauth » mais celui-ci dépend du paquet « libXmu » qui dépend à son tour de « libXt ».

Pour installer ces paquets, deux solutions s’offrent à nous:

  • La machine a un accès internet donc on peut utiliser « yum »
  • La machine n’a pas d’accès internet donc il faut faire une installation manuelle

NB: Il y a également l’éventualité de disposer de son propre mirroir pour les paquets dans ce cas on peut également utiliser « yum ».

Installation automatique

root@rhel.guiona.com# yum -y install xorg-x11-xauth

Intallation manuelle

Après avoir télécharger les rpm adéquat:


root@rhel.guiona.com# rpm-i xorg-x11-xauth-1.0.2-7.1.el6.x86_64.rpm
root@rhel.guiona.com# libXmu-1.0.5-1.el6.x86_64.rpm
root@rhel.guiona.com# libXt-1.0.7-1.el6.x86_64.rpm

Validation

Maintenant que nous avons tout le nécessaire requis, il faut définir la variable d’environnement « DISPLAY »:

root@rhel.guiona.com# export DISPLAY=X.X.X.X:Y.0

Où X.X.X.X correspond à l'adresse IP de votre client X et Y correspond au numéro d'écran.

Comment forcer un client DHCP à renouveller son adresse IP

L’autre jour un ami m’a demandé « Comment puis-je forcer un client DHCP à renouveler son adresse IP sur une station Ubuntu ou Debian comme on peut le faire dans le dans la famille des fenêtrés (pour ne pas les citer) par un simple « ipconfig /renew »? ».

Effectivement c’est une question intéressante à laquelle je vais tenter de répondre au travers de cet article.

On aurait pu penser qu’une option de la commande « ifconfig » permettrait cela aisément mais ce n’est pas le cas.
On peut aussi penser que de redémarrer tout simplement l’interface suffirait mais non (en tout cas pas sur un système à base Debian):

1
2
$ sudo ifconfig eth1 down
$ ifconfig eth1 up

On pourrait également imaginer que le fait de redémarrer le service réseau (networking) suffirait mais la réponse est toujours négative.

Alors comment faire?

Pour pallier à cette problématique il existe le paquet dhcpN-client ou N correspondant à la version.
A l’instant où j’écris cet article la version disponible dans les dépôts officiels est la 3.

Ce paquet embarque le binaire « /sbin/dhclient »:

1
2
$  type dhclient
dhclient is hashed (/sbin/dhclient)

Attention, un utilisateur ne disposant des privilèges « root » ne pourra pas utiliser ce binaire.

Pour forcer un client DHCP à libérer (release) une adresse IP il faut passer l’option « -r » ce qui nous donne pour l’interface réseau eth1:

1
2
3
4
5
6
7
8
9
10
11
12
$ sudo dhclient -r eth1
There is already a pid file /var/run/dhclient.pid with pid 5075
killed old client process, removed PID file
Internet Systems Consortium DHCP Client V3.1.1
Copyright 2004-2008 Internet Systems Consortium.
All rights reserved.
For info, please visit http://www.isc.org/sw/dhcp/
 
Listening on LPF/eth1/08:00:27:f9:d5:5c
Sending on   LPF/eth1/08:00:27:f9:d5:5c
Sending on   Socket/fallback
DHCPRELEASE on eth1 to 10.0.2.2 port 67

A ce stade notre interface réseau ne dispose plus d’adresse IP:

1
2
3
4
5
6
7
8
$ sudo ifconfig eth1
eth1      Link encap:Ethernet  HWaddr 08:00:27:f9:d5:5c  
          adr inet6: fe80::a00:27ff:fef9:d55c/64 Scope:Lien
          UP BROADCAST RUNNING MULTICAST  MTU:1500  Metric:1
          RX packets:30742 errors:0 dropped:0 overruns:0 frame:0
          TX packets:17516 errors:0 dropped:0 overruns:0 carrier:0
          collisions:0 lg file transmission:1000 
          RX bytes:24139521 (23.0 MiB)  TX bytes:1036322 (1012.0 KiB)

Maintenant nous devons demander à notre client DHCP d’interroger le réseau (effectuer un broadcast) afin de récupérer une adresse IP qui lui permettra de dialoguer à nouveau avec le reste du réseau:

1
2
3
4
5
6
7
8
9
10
11
12
13
14
$ sudo dhclient eth1
Internet Systems Consortium DHCP Client V3.1.1
Copyright 2004-2008 Internet Systems Consortium.
All rights reserved.
For info, please visit http://www.isc.org/sw/dhcp/
 
Listening on LPF/eth1/08:00:27:f9:d5:5c
Sending on   LPF/eth1/08:00:27:f9:d5:5c
Sending on   Socket/fallback
DHCPDISCOVER on eth1 to 255.255.255.255 port 67 interval 5
DHCPOFFER from 10.0.2.2
DHCPREQUEST on eth1 to 255.255.255.255 port 67
DHCPACK from 10.0.2.2
bound to 10.0.2.15 -- renewal in 35265 seconds.

Notre interface à bien récupérer une adresse IP:

1
2
3
4
5
6
7
8
9
$ sudo ifconfig eth1
eth1      Link encap:Ethernet  HWaddr 08:00:27:f9:d5:5c  
          inet adr:10.0.2.15  Bcast:10.0.2.255  Masque:255.255.255.0
          adr inet6: fe80::a00:27ff:fef9:d55c/64 Scope:Lien
          UP BROADCAST RUNNING MULTICAST  MTU:1500  Metric:1
          RX packets:30757 errors:0 dropped:0 overruns:0 frame:0
          TX packets:17580 errors:0 dropped:0 overruns:0 carrier:0
          collisions:0 lg file transmission:1000 
          RX bytes:24143151 (23.0 MiB)  TX bytes:1048463 (1023.8 KiB)

Conclusion

J’espère que ce petit article vous sera utile. Si vous connaissez d’autres méthodes ou tout simplement comment on fait sur d’autres distributions n’hésitez pas à m’en faire part je complèterai ainsi l’article.

Installation de Murmur sous Debian Lenny

Aujourd’hui nous allons voir comment installer la dernière version stable de Murmur sur une station Debian Lenny.

Description

Murmur est en fait la version serveur de Mumble.
Mumble étant un logiciel de VoIP sous licence BSD largement répandu dans le monde des joueurs mais il s’avère également très utile pour faire des Conf Call.
Dans le même style on retrouve Ventrilo ou encore TeamSpeak.

Pour de plus amples informations sur cet outil je vous renvois sur la page du projet: http://mumble.sourceforge.net/

Post-Installation

Du fait que je souhaite installer la dernière version stable à ce jour (1.2.2) je ne vais pas utiliser les dépôts officiels Debian disposant eux de la version 1.1.4.
Je souhaite également adapter la configuration de la manière suivante:

  • Utilisateur et groupe « mumble-server »
  • Fichier de données dans « /var/lib/mumble-server/ »
  • Répertoire des sources dans « /opt/ »
  • Fichier de configuration dans « /etc/ »
  • Fichier de log dans « /var/log/mumble-server »
  • Fichier de lock (contenant le pid) dans « /var/run/mumble-server/ »

Toutes les opérations se font en tant que « root » ou au travers de « sudo ».

Compte utilisateur

Création du compte utilisateur « mumble-server » avec les caractéristiques suivantes:

  • Nom d’utilisateur: mumble-server
  • Description: Mumble Server
  • Home directory: /var/lib/mumble-server
  • Shell: /bin/false
  • UID: 1000
  • Groupe: mumble-server
  • GID: 1000
$ useradd -c "Mumble Server" -d "/var/lib/mumble-server" -m -s "/bin/false" -u 1000 -U mumble-server

Vérification:

$ id mumble-server
uid=1000(mumble-server) gid=1000(mumble-server) groups=1000(mumble-server)
$ ls -l /var/lib | grep mumble-server
drwxr-xr-x  2 mumble-server mumble-server   4096 Jan 30 16:14 mumble-server

Création du répertoire des logs

On va créer le répertoire visant à accueillir les logs et donner les autorisations à l’utilisateur « mumble-server »:

$ mkdir /var/log/mumble-server
$ chown -R mumble-server:mumble-server /var/log/mumble-server

Création du répertoire de lock

On va créer le répertoire dans lequel sera stocké le fichier contenant le pid du processus et donner les autorisations à l’utilisateur « mumble-server »:

$ mkdir /var/run/mumble-server
$ chown -R mumble-server:mumble-server /var/run/mumble-server

Mise en place des sources

Nous allons commencer par télécharger les sources depuis le site du projet (lien) dans le répertoire « /opt »:

$ cd /opt
$ wget "http://sourceforge.net/projects/mumble/files%2FMumble%2F1.2.2%2Fmurmur-static_x86-1.2.2.tar.lzma/download" -O murmur-static_x86-1.2.2.tar.lzma

Une fois l’archive téléchargée il faut la décompresser:

$ lzma -d murmur-static_x86-1.2.2.tar.lzma
$ tar -xf murmur-static_x86-1.2.2.tar

On se retrouve donc avec un répertoire « murmur-static_x86-1.2.2″ contenant nos sources.
NB: on peut supprimer l’archive « murmur-static_x86-1.2.2.tar »

Configuration

Par défaut lorsque l’on exécute murmur, celui-ci charge le fichier « murmur.ini » présent dans son répertoire d’exécution. Me concernant je préfère que ce fichier se trouve dans « /etc », on va donc faire une copie du fichier « murmur.ini » dans « /etc » sous le nom « mumble-server.cfg » puis sauvegarder le fichier présent dans le répertoire d’exécution (par exemple « murmur.ini.bak »):

$ cd /opt/murmur-static_x86-1.2.2/
$ cp -p murmur.ini /etc/mumble-server.cfg
$ mv murmur.ini murmur.ini.bak

Ceci implique qu’il faudra spécifier au programme où se trouve le fichier de configuration (nous verrons cela un peu plus bas).
Par contre si on ne veut pas s’embêter nous avons également la possibilité de créer un lien symbolique dans le répertoire d’exécution:

$ ln -s /etc/mumble-server.cfg murmur.ini

Maintenant que notre fichier de configuration est en place nous pouvons l’éditer:

$ vi /etc/mumble-server.cfg

NB: Je ne vais pas vous donnez toute les directives ci-dessous mais seulement les configurations pour démarrer.

Dans la section « database » on va renseigner le répertoire et le nom du fichier de données:

database=/var/lib/mumble-server/mumble-server.sqlite

Le fichier de données est une mini base de données sqlite.

Dans la section « logfile » on va renseigner le répertoire et le nom du fichier de log:

logfile=/var/log/mumble-server/murmur.log

Dans la section « pidfile » (commentée par défaut) on va renseigner le répertoire et le nom du fichier de lock:

pidfile=/var/run/mumble-server/mumble-server.pid

Dans la section « welcometext » on va mettre un petit message de bienvenue:

welcometext="Bienvenue sur mon serveur Mumble"

Dans la section « port » on renseigne le port d’écoute:

port=64738

Dans la section « serverpassword » on peut renseigner un mot de passe pour restreindre l’accès au serveur (non public):

serverpassword=mypassword

Si votre serveur n’est pas directement sur Internet par exemple et qu’il dispose d’une adresse IP translatée, il vous faut renseigner sur quelle adresse Murmur doit écouter dans la section « host »:

hosts=XXX.XXX.XXX.XXX

La configuration est à présent terminée (pour démarrer simplement).

Démarrage du produit

Pour démarrer le serveur il suffit d’exécuter le binaire « murmur.x86″.
En lui spécifiant l’argument « -h » vous obtiendrez tous les paramètres possibles:

$ /opt/murmur-static_x86-1.2.2/murmur.x86 -h
Usage: ./murmur.x86 [-ini <inifile>] [-supw <password>]
  -ini <inifile>   Specify ini file to use.
  -supw <pw> [srv] Set password for 'SuperUser' account on server srv.
  -readsupw [srv]  Reads password for server srv from standard input.
  -v               Add verbose output.
  -fg              Don't detach from console [Unix-like systems only].
  -wipessl         Remove SSL certificates from database.
  -version         Show version information.
If no inifile is provided, murmur will search for one in 
default locations.

L’option primordiale dans notre cas est « -ini <inifile> » qui nous permettra d’utiliser notre fichier de configuration « /etc/mumble-server.cfg ».

Avant tout chose il faut définir le mot de passe du compte « Superuser » qui est le « root » de Murmur.
Comme vous l’avez remarqué l’utilisateur « mumble-server » ne dispose pas d’un véritable shell (« /bin/false ») nous allons donc utiliser « start-stop-daemon »:

$ start-stop-daemon --start --chuid mumble-server --group mumble-server --exec /opt/murmur-static_x86-1.2.2/murmur.x86 -- -ini /etc/mumble-server.cfg -supw mysuperpassword
 
Initializing settings from /etc/mumble-server.cfg (basepath /etc)
Binding to address XXX.XXX.XXX.XXX
SSL: Added CA certificates from '/etc/ssl/certs/ca-certificates.crt'
ServerDB: Openend SQLite database /var/lib/mumble-server/mumble-server.sqlite
Superuser password set on server 1

Le compte utilisateur « Superuser » dispose de toutes les autorisations lorsque vous vous connectez avec le client Mumble sauf le droit de parler.
NB: J’ai dû exécuté deux fois la commande pour que le mot de passe soit pris en compte.

A ce stade notre serveur n’est toujours pas démarré donc pour se faire:

$ start-stop-daemon --start --chuid mumble-server --group mumble-server --exec /opt/murmur-static_x86-1.2.2/murmur.x86 -- -ini /etc/mumble-server.cfg

Vous pouvez consulter la log pour vérifier qu’il n’y a pas d’erreur:

$ cat /var/log/mumble-server/mumble-server.log

Arrêt du serveur

Pour arrêter le serveur:

$ start-stop-daemon --stop --quiet --oknodo --pidfile /var/run/mumble-server/mumble-server.pid

Firewall

Si votre serveur est doté d’un firewall n’oubliez pas d’ouvrir le port de connexion en TCP et UDP:

$ iptables -I INPUT -p tcp --dport 64738 -j ACCEPT
$ iptables -I INPUT -p udp --dport 64738 -j ACCEPT

Conclusion

Votre serveur Murmur est à présent à l’écoute vous pouvez donc vous y connecter avec le client Mumble en spécifiant bien l’adrsese IP et le port que vous avez renseigné dans votre fichier de configuration.
Généralement le client est disponible dans les dépôts officiels.

Logitech Harmony et GNU/Linux

J’ai récemment fait l’acquisition d’une télécommande universelle Logitech Harmony® 525. Suite à cela je me suis demandé comment j’allais configurer la bête depuis ma station Ubuntu Lucid Lynx car le logiciel fourni par Logitech est seulement compatible Windows ou Mac.
La première idée fut d’utiliser une machine virtuelle sous VirtualBox OSE avec comme système d’exploitation client Window XP mais le problème est que cette version de VirtualBox ne gère pas l’USB.
La deuxième idée, découlant de la première, fut de migrer sous VirtualBox PUEL qui elle gère les ports USB hôtes.
La dernière idée,celle qui a retenue mon attention, est l’utilisation de Concordance couplé à la GUI Congruity.

Concordance

Concordance est un logiciel codé en C++ sous licence GPLv3 (GNU General Public Licence), encore en version béta, qui permet de configurer/programmer les télécommandes universelles Logitech Harmony depuis GNU/Linux. Pour le moment tous les modèles ne sont pas supportés mais vu l’activité du projet cela va évoluer. Vous pouvez trouver la liste de compatibilité sur le site du développeur (lien).
A l’heure ou j’écris cet article la version disponible dans les dépôts Ubuntu est la version 0.21 tandis que sur le site du projet vous pouvez trouver la version 0.23.

Installation automatique

Si les dépôts de votre distribution dispose de la source d’installation une simple ligne de commande suffit:

# sudo apt-get install concordance

ou

# sudo aptitude install concordance

Si vous aimez les choses simple avec votre navigateur préféré il suffit de cliquer sur le lien suivant: apt://concordance.

NB: Si vous souhaitez installer la toute dernière version du logiciel, il vous faudra passer par l’installation manuelle.

Installation manuelle

Le logiciel étant développé en C++ si vous souhaitez l’installer manuellement vous aurez besoin du compilateur g++ ainsi que de la librairie libusb-1.0-0 et libusb-dev:

# sudo apt-get install g++ libusb-1.0-0 libusb-dev

ou

# sudo aptitude install g++ libusb-1.0-0 libusb-dev

Une fois les pré-requis installés il faut:

  • Récupérer les sources d’installation:
  • # mkdir /tmp/concordance
    # cd /tmp/concordance
    # wget "http://sourceforge.net/projects/concordance/files/concordance/0.23/concordance-0.23.tar.bz2/download" -O concordance-0.23.tar.bz2

  • Détarer l’archive:
  • # tar -xvjf concordance-0.23.tar.bz2

  • Compiler libconcord:
  • # cd concordance-0.23/libconcord
    # ./configure
    # make
    # sudo make install
    # make policykit
    # sudo make install_policykit

  • Compiler concordance:
  • # cd ../concordance
    # ./configure
    # make
    # sudo make install

A ce stade de l’installation, Concordance est fonctionnel mais seulement en ligne de commande.

Congruity

Congruity est une GUI pour Concordance egalement sous licence GPL.
Version disponible dans les dépôts officiels Ubuntu 1.3 et 1.5 sur le site du projet.

Installation automatique

Tout comme pour concordance, si les dépôts de votre distribution dispose des sources d’installations:

# sudo apt-get install congruity

ou

# sudo aptitude install congruity

Installation manuelle

Congruity dépend de python qui est généralement installé par défaut sur l’ensemble des distributions GNU/Linux.

Pour installer manuellement Congruity voici la marche à suivre:

  • Télécharger la source d’installation:
  • # mkdir /tmp/congruity
    # cd /tmp/congruity
    # wget "http://sourceforge.net/projects/congruity/files/congruity/15/congruity-15.tar.bz2/download" -O congruity-15.tar.bz2

  • Détarer l’archive:
  • # tar -xvjf congruity-15.tar.bz2

  • Compiler:
  • # make
    # sudo make install

Post installation

Si vous ne travaillez pas directement avec le compte « root » (ce que j’espère) et que vous utilisez habituellement « sudo » il va falloir créer une règle udev afin de pouvoir accéder tranquillement à votre télécommande Harmony via le port USB.

Récupérer les informations hardware de la télécommande

  • Connecter votre télécommande en USB à votre ordinateur
  • Dans un terminal lister les périphériques USB en filtrant sur Logitech
  • # lsusb | grep Logitech
    Bus 002 Device 002: ID 046d:c01d Logitech, Inc. MX510 Optical Mouse
    Bus 001 Device 005: ID 046d:c111 Logitech, Inc.

    Ici je dispose de 2 périphériques Logitech, le premier étant ma souris le second est donc la télécommande.

  • Créer la règle udev
  • Par rapport au résultat de la commande précédente (Vendor Id 046d et Product Id c111) il faut créer une nouvelle règle udev:

    # echo SYSFS{idVendor}=="046d", SYSFS{idProduct}=="c111", MODE="666" \
    > | sudo tee /etc/udev/rules.d/99-harmony.rules
    SYSFS{idVendor}==046d, SYSFS{idProduct}==c111, MODE=666
    # cat sudo tee /etc/udev/rules.d/99-harmony.rules
    SYSFS{idVendor}==046d, SYSFS{idProduct}==c111, MODE=666

  • Configurer ensuite votre navigateur afin qu’il vous prompte sur l’action à effectuer lors du téléchargement d’un fichier
  • Sous Firefox il faut positioner la directive « browser.download.useDownloadDir » à « false » via « about:config »

Utilisation

Maintenant vous pouvez configurer votre télécommande, pour cela rendez-vous à l’adresse http://members.harmonyremote.com/ et suivre le guide.
NB: Il vous faudra créer un compte sur le site afin de créer votre profil car toutes les configurations que vous allez définir ne sont pas stockées sur votre ordinateur mais bel et bien sur le site.

KSH – Modifier la configuration sudo au travers d'un script

Icône Terminal

Comment fonctionne visudo?

Ce n’est pas très compliqué au final, lorsque l’on appelle la commande « visudo » le système vérifie la présence du fichier « /etc/sudoers.tmp » afin de bénéficier d’un accès exclusif sur le fichier « /etc/sudoers ». Si le fichier de « lock » n’existe pas alors nous pouvons éditer la configuration sudo au travers de l’éditeur définit dans la variable d’environnement « VISUAL » ou « EDITOR » (suivant celle qui est définie, la première contrôlée est « VISUAL »). Une fois la configuration terminée lorsque l’on appelle la fonction d’enregistrement du document le système vérifie que le fichier modifié est bien au format sudo et si c’est OK alors le fichier est enregistré définitivement et le fichier de lock est supprimé.

Comment retranscrire cela dans un script ksh?

Dans l’exemple ci-dessous la variable SUDOERS_ADD contient le chemin d’accès d’un fichier contenant les informations que nous souhaitons ajouter dans la configuration sudo.
Par exemple:

1
guiona ALL=(ALL) ALL

[Lire la suite...]

Iphone – Comment ajouter des sonneries personnalisées sans iTunes

Nous savons tous que la politique d’Apple avec l’Iphone/Ipod et son logiciel iTunes va à l’encontre du logiciel libre, nous ne sommes pas ici pour épiloguer sur le sujet.
Disposant d’un Iphone en version 4.0 et ne souhaitant pas booter sous Windows (et oui j’ai un Windows à la maison pour la petite famille) je me suis demandé comment je pouvais mettre de la musique sur mon terminal sans passer par Itunes depuis mon Ubuntu 10.04 pour laquelle le support de l’Iphone est natif.

La première étape consiste à convertir un fichier audio AAC portant l’extension m4r faisant maxi 30s (j’expliquerai dans un autre billet comment faire).

Pour la 2ème étape, il faut connecter l’Iphone à votre ordinateur et transférer le fichier audio dans un répertoire bien particulier: /Mon_Iphone/Tunes_Control/Ringtones/ sous un nom au format ABCD.m4r (peut importe les lettres il faut seulement quelles soit au nombre de 4 et en majuscules).
NB: Veillez à utiliser une séquence non utilisé bien évidement.

Une fois que le fichier est en place il faut renseigner le fichier /Mon_Iphone/Control/iTunes/Ringtones.plist afin que la sonnerie soit connue par le terminal (comme nous sommes de bons informaticiens on fera une sauvegarde au préalable):
[Lire la suite...]

KSH – Comment récupérer le répertoire d’exécution et le nom d’un script

Icône TerminalAujourd’hui un petit post rapide pour vous donnez quelques petites astuces pour récupérer des informations dans vos scripts ksh.

Environnement de travail:

  • Répertoire d’execution: /home/guiona/scripts
  • Nom du script: test.ksh

Comment récupérer le nom d’un script?

  • Première méthode:
  • 1
    2
    
    #!/bin/ksh
    echo $(basename $0)

    Résultat:

    test.ksh

  • Deuxième méthode:
  • 1
    2
    
    #!/bin/ksh
    echo ${0##*/}

    Résultat:

    test.ksh

Comment récupérer le répertoire d’exécution d’un script: [Lire la suite...]

Ubuntu – Comment activer le verrouillage numérique au démarrage?

Aujourd’hui un petit billet tout simple mais pratique. Sous Ubuntu lorsque l’on démarre nous arrivons sur l’interface GDM qui est l’interface d’authentification. A cet endroit on renseigne son nom d’utilisateur et le mot de passe associé, il peut être nécessaire de saisir des chiffres et là on s’aperçoit que le verrouillage numérique est désactivé donc il faut presser la touche « Verr num ».

Avec la petite astuce qui suit tout cela est terminé. Pour se faire on va utiliser numlockx.
Donc commençons par l’installation:
[Lire la suite...]

Ubuntu Lucid Lynx – Configurer son environnement graphique Gnome

Aujourd’hui nous allons voir comment modifier son environnement graphique Gnome sous Ubuntu Lucid Lynx (10.04).

Je ne vais pas renter dans le détails car sinon nous y passerons un temps énorme mais vous donnez les commandes qui vont vous aidez avec deux exemples:

Tout d’abord la commande gconf-editor vous permet de lancer l’editeur de configuration en mode graphique de Gnome:
Gnome: gconf-editor

Avec cette commande vous pouvez modifier votre environnement Gnome, toutes les configurations seront ensuites enregistrées dans le répertoire ~/.gconf

Avant toute manipulation [Lire la suite...]